Tourisme de mémoire

Image_Culture_au_Bénin

 

Article principal : Tourisme de mémoire.
En 1994 à Ouidah, l'UNESCO lance, sur l'initiative d'Haïti, le projet de « La Route de l'esclave : résistance, liberté, héritage »29, ouvrant aussi la voie à un tourisme mémoriel très prometteur30. Alors que le Sénégal tire très tôt profit de la notoriété de l'île de Gorée où 500 personnes visitent chaque jour la Maison des Esclaves, que les sites historiques de la côte ghanéenne bénéficient également de la visite du président Obama en 2009 et que le Cameroun cherche à son tour à promouvoir l'ancien port négrier de Bimbia, le Bénin fonde de grands espoirs sur la mise en valeur de Ouidah31, qui a vu partir pour les Amériques plus d’un million d’esclaves pendant trois siècles32, mais ne bénéficie pour le moment que d'une inscription sur la liste indicative de l'UNESCO 33.

Mis en place en 1992, un balisage ostensible désigne au visiteur les lieux qui furent, d'une manière ou d'une autre, « les théâtres et les témoins de la pratique de l'esclavage à Ouidah34 », tels que la Place des Enchères (ou Place Chacha), l'Arbre de l'Oubli, le Mémorial de Zoungbodji et surtout la Porte du Non-Retour, face à l'Océan.

Le Musée d'histoire de Ouidah, aménagé dans l'enceinte du fort portugais de São-Jão-Batista-de-Ajuda, permet de compléter ce parcours

Appel/WhatsApp : +229 90068661

Email : benintourisme3@gmail.com

site officiel : www.benintourism.net