la mémoire de l'esclavage à Ouidah

esclave2-320x214

 

le-benin-en-afrique-de-l-ouest-ouidah-le-memorial-zomachi-sur-l-esclave-trail-montrant-liberer-les-esclaves-f2mjaw

 

De son vrai nom Dom Francisco Felix da Souza, ce Brésilien d’origine surveillait les transactions du haut du balcon de sa demeure, qui dominait la place des Enchères. De nos jours, l’hideuse construction en béton qui flanque toujours cette place appartient à ses descendants qui, non contents de ne pas conspuer leur ancêtre, vont jusqu’à l’encenser chaque année, lors d’une grande réunion familiale.

« Et il n’y a personne pour leur casser un carreau, de temps en temps ? » demandé- je à Théodore…

Si Chacha Ier, vice-roi de Ouidah, avait une telle mainmise sur le commerce des esclaves, c’est qu’il s’était attiré les bonnes grâces du roi Guézo, souverain de 1818 à 1858. Entre 1625 et 1900 – qui marque le début de l’occupation française –, les rois d’Abomey ont régné sur l’un des plus puissants empires de l’Afrique de l’Ouest. L’une des sources de leur richesse ? Le trafic de bétail humain, qu’ils capturaient à la pointe des fusils fournis par les négriers, auprès des tribus et royaumes rivaux.


Appel/WhatsApp : +229 90068661

Email : benintourisme3@gmail.com

site officiel : www.benintourism.net